Lise Thériault

Lise
Thériault

Anjou–Louis-Riel

Vice-première ministre, ministre responsable des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Allègement réglementaire et du Développement économique régional, ministre responsable de la Condition féminine et ministre responsable de la région de Lanaudière

Résidente d’Anjou depuis 1993, Lise Thériault est une femme engagée dans son milieu. Depuis plus de 30 ans, elle s’implique au sein de divers organismes communautaires et économiques afin d’améliorer la qualité de vie des citoyens de l’est de l’île de Montréal et plus particulièrement d’Anjou.

De 1993 à 2002, éditrice et copropriétaire de l’Édition - Journal des gens d’affaires et de l’Express d’Anjou, Lise Thériault a été membre et présidente fondatrice du chapitre de l’est du Réseau des femmes d’affaires du Québec ; membre du conseil d’administration et présidente du chapitre d’Anjou de la Chambre de commerce et d’industrie de l’est de l’île de Montréal ; membre fondateur du conseil d’administration de la Corporation de développement économique et communautaire (CDEC- Anjou/ Montréal-Est) ; présidente du comité de vérification et de déontologie de la Caisse populaire d’Anjou et membre fondateur du Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHLSD) Lucille-Teasdale. Elle est aussi à l’origine du Fonds pour les jeunes d’Anjou, créé en 2002.

Élue députée de la circonscription d’Anjou le 15 avril 2002 lors d’une élection partielle, elle a su gagner la confiance des électeurs d’Anjou à cinq reprises. Elle a occupé les fonctions de critique en matière d’emploi ; vice-présidente et présidente de la Commission des institutions ; représentante de la Section du Québec et membre du comité directeur ainsi que deuxième vice-présidente du Réseau des femmes parlementaires de la Francophonie. Elle devient ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles de février 2005 à mars 2007 ; ministre déléguée aux Services sociaux de décembre 2008 à août 2010, où elle est nommée ministre du Travail  jusqu'en septembre 2012.

À la suite de l’élection générale de l’automne 2012, madame Thériault est désignée porte-parole de l'opposition officielle en matière d'éthique et de déontologie et à titre de leader parlementaire adjointe de l’opposition officielle. Le 16 septembre 2013, on lui confie également le dossier des services gouvernementaux. Réélue pour une cinquième fois dans la circonscription d'Anjou-Louis-Riel le 7 avril 2014, elle est nommée vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, en plus d’occuper la fonction de ministre responsable de la région de Lanaudière depuis le 19 mars 2015. Par la suite, madame Thériault a été mandatée, le 28 janvier 2016, à titre de ministre responsable des Petites et Moyennes Entreprises, de l'Allègement fiscal et du Développement économique régional et ministre responsable de la Condition féminine.

Sa grande contribution sociale a d’ailleurs été reconnue par plusieurs prix prestigieux. En 2001, elle est la lauréate du concours Arista Sunlife de la Jeune chambre de commerce de Montréal dans la catégorie « Jeune leader d’affaires du Québec socialement responsable ».  Cette même année, le Réseau des femmes d’affaires du Québec lui décerne le prix annuel de la « Femme d’affaires socialement engagée ».  L’année suivante, elle reçoit la Médaille du jubilé à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’ascension de Sa Majesté la reine. Pour féliciter le gouvernement du Québec dans sa  lutte contre la haine et l’intolérance, Lise Thériault est honorée le 22 septembre 2006, en recevant le prix Simon Wiesenthal Center. En 2009, elle reçoit le prix Denis-Durand pour ses nombreuses années d’implication auprès de la communauté d’affaires angevine. Elle agit à titre de  Commissaire scoute honoraire depuis 2006 et se voit décerner, le 8 avril 2011, la Médaille de bienfaiteur, insigne de l’association des scouts du Canada. En 2014, elle est nommée Chevalier, le plus haut titre honorifique de la Société des Scouts du Montréal métropolitain.  Le 18 mars 2015, madame Thériault reçoit l’insigne de Chevalier de l’Ordre de la Pléiade, ordre de la Francophonie et du dialogue des cultures, une distinction  soulignant son engagement aux idéaux de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF).