Christine St-Pierre
Retour au blogue
Blogue
16 octobre 2018

Femmes et politique : nous continuerons d’écrire l’histoire

Christine St-Pierre

Christine St-Pierre
Députée de l’Acadie

Source : La Presse

« Tout n’est pas réglé dans cette longue marche vers l’égalité et la route demeure encore ardue et sinueuse afin de…

Posted by Parti libéral du Québec on Tuesday, October 16, 2018

 

Je suis féministe depuis toujours et je le serai jusqu’à mon dernier souffle. Tout n’est pas réglé dans cette longue marche vers l’égalité et la route demeure encore ardue et sinueuse afin de l’atteindre pleinement.

Le 1er octobre dernier, le Parti libéral du Québec a subi une écrasante défaite et une analyse en profondeur s’impose pour en expliquer la cause. Malgré tout, les femmes libérales ont écrit une page d’histoire. En effet, notre parti politique, qui forme dorénavant l’opposition officielle, a fait élire plus de femmes que d’hommes, soit 55 %, du jamais vu au PLQ. François Legault, qui se vantait d’avoir atteint la parité, n’a réussi à obtenir que 38 % de femmes élues. On est bien loin du compte. Je salue toutes les femmes qui se sont portées candidates.

À nous, donc, femmes du Parti libéral du Québec, de saisir la balle au bond. Notre histoire au sein du PLQ démontre que les plus grands progrès vers l’égalité se sont réalisés sous des gouvernements libéraux.

Sous Adélard Godbout, nous avons obtenu le droit de vote. Nous avons fait élire la première femme à l’Assemblée nationale, Claire Kirkland-Casgrain, grâce à qui nous avons gagné un statut juridique. C’est un gouvernement libéral qui a créé le Conseil du statut de la femme. La Loi sur la parité au sein des conseils d’administration de sociétés d’État ainsi que le premier Conseil des ministres paritaire de notre histoire ont vu le jour sous Jean Charest. Alors que j’étais ministre de la Condition féminine, nous avons fait adopter à l’unanimité une modification à la Charte des droits et libertés afin d’y inclure dans son préambule l’égalité homme-femme. Nous avons aussi réglé l’équité salariale.

Fortes de notre histoire et de nos réalisations, nous devons, en tant que femmes libérales, saisir cette occasion de poursuivre le combat et faire en sorte que notre rôle au sein de l’opposition officielle au cours des quatre prochaines années soit marquant. Les débats qui viennent s’annoncent des plus sensibles et nous avons le devoir de protéger cet héritage afin de nous assurer que les droits de toutes les Québécoises de toutes les origines soient défendus et respectés. Notre vision en est une d’ouverture aux autres et non de fermeture.