Améliorer la vitalité de la communauté d'expression anglaise
Retour au blogue
Blogue
23 février 2018

Kathleen Weil : améliorer la vitalité de la communauté d’expression anglaise

Améliorer la vitalité de la communauté d'expression anglaise

Kathleen Weil, ministre responsable des Relations avec les Québécois d’expression anglaise.

Lettre ouverte publiée le 23 février 2018 dans Montreal Gazette.

Le printemps dernier, le premier ministre Philippe Couillard a rencontré des leaders de la communauté d’expression anglaise lors d’une tournée en Gaspésie. Cette rencontre a été révélatrice pour lui, puisqu’elle lui a permis de prendre connaissance des problématiques de la communauté anglophone locale, qui comprennent l’accès aux soins de santé, la rétention des jeunes, la faible représentation dans la fonction publique, ainsi que la pauvreté et le chômage touchant la région. À la suite de cette rencontre, le gouvernement du Québec s’est demandé comment il pourrait répondre plus adéquatement aux besoins des Québécois d’expression anglaise.

Notre approche antérieure tenait pour acquis que ces besoins étaient satisfaits par les ministres et les ministères. Alors qu’en réalité, ils étaient comblés par des mesures telles que notre appui au maintien des commissions scolaires et des services en anglais dans les établissements de santé, ainsi qu’à notre investissement dans des institutions comme l’Université Bishop’s, l’Hôpital général juif et la Résidence Wales, pour n’en nommer que quelques-unes.

Toutefois, notre expérience en Gaspésie nous a démontré qu’il subsistait des problématiques fondamentales à résoudre sur le terrain. Cela a mené en octobre à ma nomination à titre de ministre responsable des Relations avec les Québécois d’expression anglaise. Cinq mois plus tard, nous avons déjà créé le Secrétariat et nous commençons à faire bouger les choses par notre dialogue avec les intervenants et notre collaboration avec les experts de la communauté.

Notre premier objectif était de rassembler de l’information. Depuis ma nomination, nous avons donc procédé à 16 heures de consultation en ligne avec plus de 80 intervenants, organismes et institutions communautaires, et nous nous sommes également rendus en région afin de dialoguer avec la communauté.

Au cours d’une table ronde avec l’Association régionale des West Quebecers au Collège Héritage, Mavis Brownlee, ministre anglican à Shawville, a parlé très franchement des problèmes critiques d’accès aux programmes et aux services en santé mentale, ainsi que de la nécessité d’un soutien accru aux organismes locaux par le gouvernement.

Pendant une visite à l’école Golden Valley, à Val d’Or, j’ai été enchantée de constater le niveau de bilinguisme des élèves du cours de mathématique de cinquième secondaire (certains parlaient même quatre langues). Cependant, la directrice de l’établissement, Mary ­Louise Rodgers, m’a appris qu’une fois le secondaire terminé, les jeunes étaient nombreux à quitter la région pour étudier au cégep et qu’ils étaient peu à revenir.

À Montréal, l’organisme Youth Employment Services nous a confirmé l’existence réelle d’un exode des cerveaux. En effet, les jeunes très instruits quittent la province et emmènent avec eux leurs talents indispensables. Le Québec est aux prises avec une pénurie de main-d’œuvre et ne peut tout simplement pas se permettre de perdre des candidats si précieux.

Dans les mois et les années à venir, il est clair qu’une politique efficace devra passer par des données fiables, de l’expertise sur le terrain et un dialogue constant avec la communauté.

Il est encourageant de voir que la présence du Secrétariat se fait déjà ressentir au sein du gouvernement. À la publication d’une récente étude montrant que le taux de pauvreté de la communauté anglophone était plus élevé que celui de la moyenne provinciale, mon collègue François Blais, ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, a déclaré son intention de collaborer avec nous pour répondre à cette problématique. De plus, Carlos Leitão, ministre des Finances, entend tenir une consultation prébudgétaire avec les leaders de la communauté et Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux, concentre ses efforts sur une nouvelle génération de plans d’accès pour assurer une offre de services en anglais partout au Québec. Finalement, je rencontrerai prochainement Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, pour discuter de comment nous pourrions mieux servir la communauté ensemble.

Les Québécois d’expression anglaise sont profondément enracinés dans la province et ont toujours joué un rôle important dans son développement social et économique.

Nous avons besoin de l’énergie et du talent de l’ensemble des Québécois afin de relever les défis et de saisir les occasions de demain. Le gouvernement est déterminé à construire un avenir meilleur pour la communauté, en s’assurant que le Québec demeure un endroit où les générations d’aujourd’hui et de demain se sentent fières d’habiter.

Kathleen Weil est la ministre responsable des Relations avec les Québécois d’expression anglaise.