Retour au blogue
Blogue
23 mars 2016

Lettre ouverte de Philippe Couillard


Chers amies et amis,

Nous avons tous été interpellés, peinés aussi par les événements des derniers jours. Des personnes associées à notre Parti font face à des accusations sérieuses. Ces personnes ont toutes droit à la présomption d’innocence et les accusations portées devront subir le test des tribunaux. Les travaux de la commission Charbonneau et les enquêtes qui ont suivi concernaient aussi d’autres niveaux de gouvernance et d’autres formations politiques. Mais cela ne doit surtout pas nous dispenser de bien réfléchir à ces événements et d’en tirer les enseignements qui nous concernent.

Nous sommes membres ou sympathisants du Parti libéral du Québec, une grande formation politique aussi ancienne que le pays lui-même et dépositaire d’une de ses plus nobles traditions démocratiques.

 

Les partis politiques permettent le ralliement de femmes et d’hommes engagés dans la vie démocratique et réunis autour d’un projet commun. Celui-ci prend des formes différentes selon les formations politiques. Le nôtre s’articule autour de notre histoire et des sept valeurs admirablement exprimées par Claude Ryan en 2002, illustrant le devoir d’équilibre soutenant l’édification de politiques publiques solides :

  • Les libertés individuelles;
  • La primauté au développement économique et à la justice sociale;
  • L’identification au Québec et l’appartenance canadienne;
  • La démocratie et le respect de la société civile.

Notre Commission jeunesse y a ajouté celle de l’équité entre les générations, illustrée dans les efforts en cours pour assainir les finances publiques et contrôler notre dette.

Le devoir de promotion de notre langue commune, notre ouverture au monde et notre désir de bâtir une société inclusive sous le modèle de l’interculturalisme sont également au centre de notre engagement et de nos actions. Voilà ce qui nous rassemble et nous définit.

Le Parti vous appartient. C’est celui de milliers de membres, bénévoles et sympathisants qui se réunissent dans nos instances pour débattre de nos orientations politiques. Celui de députées et députés et de membres de notre permanence, d’employées et employés de nos bureaux de circonscription et cabinets ministériels qui se dévouent corps et âme au service public.

Il importe de rappeler que, de 2009 à 2012, le gouvernement formé par le Parti libéral du Québec a posé plusieurs gestes pour renforcer les règles entourant le financement des partis politiques.

En plus des nombreuses mesures visant à assainir les pratiques dans le monde de la construction, le gouvernement libéral a adopté de nombreuses lois pour renforcer les pouvoirs du Directeur général des élections du Québec, encadrer le financement politique et instituer un code d’éthique, tant à l’Assemblée nationale que dans le monde municipal. Nous avons aussi créé l’UPAC. Le travail se poursuit, à la lumière des recommandations de la commission Charbonneau. Par ailleurs, un projet de loi visant la récupération de sommes payées injustement à la suite de fraudes ou de manœuvres dolosives dans le cadre de contrats publics a été adopté et un projet de loi facilitant la divulgation d’actes répréhensibles dans les organismes publics est actuellement à l’étude à l’Assemblée nationale.

De plus, plusieurs changements ont été introduits en matière de financement. La limite maximale des contributions politiques a été abaissée à 100 $ par année en 2013, à la suite d’un vote unanime des membres de l’Assemblée nationale. Nous avons réformé notre constitution interne qui inclut maintenant un code d’éthique. Nous sommes d’ailleurs le seul parti à l’avoir fait. Les objectifs de financement de nos associations de circonscription représentées par des députées et députés libéraux sont les mêmes, quelles que soient les fonctions détenues par l’élue ou l’élu du comté.

J’ai confiance en la justice et en nos institutions. J’ai confiance en nos élues et élus. Et j’ai confiance en vous, nos membres, nos bénévoles, nos sympathisants et membres de notre personnel. Vous faites la force et la grandeur de notre formation politique.

Notre Parti retrouve sa vitalité intellectuelle grâce à des activités non partisanes telles que le Forum des idées, qui en sera cet automne à sa quatrième édition. Le premier Forum a porté sur l’économie, le second nous a menés à la première stratégie numérique du Québec, qui sera élaborée au cours des prochaines semaines. Le troisième nous a indiqué les façons de recentrer notre système d’éducation sur l’élève, les enseignants et les parents. Un projet de loi en ce sens est actuellement à l’étude. Le prochain rendez-vous sera consacré aux politiques sociales, notamment à la question du revenu minimum garanti.

Notre prochain programme électoral, comme celui qui fut présenté à la population en 2014, sera le fruit du travail concerté de nos militantes et militants, de nos commissions politiques avec notre aile parlementaire et notre permanence.

Le Parti que j’ai l’honneur de diriger a des racines profondes, étroitement liées à notre histoire. Depuis les « rouges » de Papineau, en passant par tous leurs successeurs, nous sommes celles et ceux qui avons orienté le Québec vers plus de développements, plus de liberté, plus d’inclusion et plus de justice.

C’est aujourd’hui le Parti qui, venant de déposer un budget à la fois historique et structurant, a mis fin aux déficits successifs tout en concluant des ententes avec ses partenaires municipaux et de la fonction publique, en réduisant le fardeau fiscal, en soutenant le développement économique et en réinvestissant dans nos services publics. C’est le Parti qui oriente résolument le Québec vers l’économie du 21e siècle selon des axes qui correspondent au monde nouveau qui émerge: mieux former, innover, tirer profit de la transition vers une économie plus sobre en carbone tout en développant, en attirant et en gardant chez nous les meilleurs talents. Notre Québec a tout pour réussir. À nous de faire en sorte que les prochaines générations aient elles aussi les moyens de viser encore plus haut et de réaliser leurs rêves.

Voilà pourquoi nous nous engageons en politique. Voilà pourquoi je suis si fier d’être membre de notre Parti et d’adhérer à ses principes fondateurs.

Continuons notre travail.
Ensemble, développons le Québec.

Philippe Couillard
Député de Roberval et chef du Parti libéral du Québec