Retour aux communiqués
Annonce gouvernementale
22 novembre 2016

620 millions $ pour diminuer de 80 % le passif environnemental minier


QUÉBEC, le 22 nov. 2016. – Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles et ministre responsable du Plan Nord, M. Pierre Arcand, a profité de sa présence à Québec Mines 2016 pour dévoiler le plan de travail sur la restauration des sites miniers abandonnés au Québec.

Plan de travail : restauration des sites miniers abandonnés

Ce que nous rendons public aujourd’hui, ce sont les moyens et les sommes engagés par notre gouvernement afin de respecter notre engagement de diminuer le passif environnemental minier de 80 % d’ici le 31 mars 2022. La restauration des sites miniers abandonnés est pour nous une priorité puisqu’elle permettra de limiter les impacts environnementaux mais aussi d’entretenir un dynamisme dans le domaine minier, ce qui est souhaitable pour le maintien et la création d’emplois en région.

– Pierre Arcand

Le gouvernement du Québec s’est engagé, dans le Budget 2016-2017, à accélérer la restauration des sites miniers abandonnés afin de diminuer le passif environnemental minier de 80 % d’ici 2022. Ce plan entraîne des investissements totaux d’environ 620 M$ au cours des six prochaines années.

Le plan de travail annoncé aujourd’hui a été élaboré par le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles. Le Ministère collabore avec de nombreux experts des milieux universitaires et du génie-conseil afin d’élaborer des méthodes de restauration efficaces et économiques sur les sites ciblés.

La publication de ce plan de travail s’inscrit d’ailleurs dans le cadre des orientations et des actions de la Vision stratégique du développement minier concernant l’atténuation des impacts sur l’environnement et la promotion de la transparence.

Actuellement, le Québec compte 499 sites miniers qui doivent faire l’objet d’un suivi par l’État afin d’être restaurés ou sécurisés. De ces 499 sites, 263 sont des sites d’exploration minière qui ne requièrent que des travaux de nettoyage, six sont des carrières et des sablières, et 230 sont des sites d’exploitation minière. Pour ce qui est de ces derniers, 127 sont déjà restaurés, desquels le Ministère assure l’entretien et le suivi; 46 sites sont à sécuriser et 57 sont à restaurer.

Le Ministère détient une expertise reconnue et à la fine pointe dans ce domaine. Il s’assure que les travaux de restauration des sites soient exécutés tout en respectant les principes de développement durable.

Notre gouvernement assume ses responsabilités de gestionnaire du territoire québécois et entend poursuivre la réduction de l’impact des sites miniers abandonnés sur la santé et la sécurité des personnes ainsi que sur l’environnement. Nous souhaitons accélérer les travaux qui permettront de remettre ces sites dans un état qui respecte nos standards environnementaux, et ce, au bénéfice de la population du Québec

– Pierre Arcand

Pour plus d’information sur le plan de travail sur la restauration des sites miniers abandonnés au Québec et pour obtenir le document complet, visitez le site http://mern.gouv.qc.ca/mines/restauration/documents/Plan_de_travail_2015_VF.pdf