Retour aux communiqués
Communiqué de presse
16 mars 2021

Attentes budgétaires du parti libéral du Québec : pour une vision du progrès durable et inclusive au Québec


Merci pour votre intérêt envers le Parti libéral du Québec.

Restez informé(e) en temps réel et échangez avec nous sur les médias sociaux :
Twitter : @LiberalQuebec
Facebook: fb.com/LiberalQuebec

N. B. Veuillez noter que vous pouvez annuler votre abonnement à notre infolettre en tout temps en cliquant sur le lien situé au bas de chaque message.

Abonnez-vous à l’infolettre pour rester informé

La cheffe de l’opposition officielle et porte-parole responsable de la Charte des régions, madame Dominique Anglade, accompagnée du porte-parole en matière de finances publiques, monsieur André Fortin, et du porte-parole en matière d’économie et lutte aux changements climatiques, monsieur Carlos J. Leitão, s’attendent à ce que le prochain budget du gouvernement caquiste place enfin les Québécoises et les Québécois au cœur des priorités budgétaires et que la relance économique promise par François Legault en soit une, durable, inclusive et basée sur une vision du progrès à long terme.

Dans l’attente du 25 mars prochain, date du dépôt du budget 2021-2022, voici nos demandes budgétaires :

Santé : La pandémie a causé l’annulation et le report de plus de 130 000 chirurgies à travers le Québec. Cette situation est inquiétante et déstabilisante pour les patients et leurs familles. Afin de reprendre le retard accumulé, nous demandons au gouvernement de prévoir, dans le cadre du budget, un fonds dédié à la reprise des activités chirurgicales. Cela permettra d’assurer que les sommes dévolues à la reprise des chirurgies le soient vraiment pour ça, tout en offrant une bonne reddition de comptes et de la transparence.

Santé mentale : La pandémie a durement affecté la santé mentale de la population. Notre demande de mise en place d’un programme public de psychothérapie est donc un incontournable. Des investissements d’au moins 300 M$ sont nécessaires à cet effet.

Éducation : Les retards d’apprentissage liés à la pandémie inquiètent les élèves, leurs parents ainsi que le personnel scolaire. Les premiers résultats scolaires démontrent la nécessité d’agir plus agressivement pour assurer la réussite de nos jeunes. C’est pourquoi nous demandons de bonifier le programme de tutorat en créant un programme permanent. Nous réitérons aussi la nécessité de prévoir un crédit d’impôt remboursable de 500 $ pour les familles afin de couvrir les coûts pour les embauches faites par les parents de ressources pour soutenir l’apprentissage de leurs enfants depuis le début de la crise.

Économie : Les PME ont été grandement affectées par la pandémie. Nous avions fait 5 propositions pour mieux les soutenir. Nous souhaitons que celles-ci soient incluses dans le budget : moduler l’aide gouvernementale en fonction de la perte du revenu et du secteur d’activité, offrir une aide directe bonifiée aux PME en doublant le pardon admissible, permettre plus de flexibilité aux entreprises dans les conditions de remboursement de prêts, offrir le taux réduit d’impôt pour les PME qui œuvrent dans les secteurs des services et geler les taux de cotisation au Régime de rentes du Québec (RRQ) pour les PME pour une période d’un an.

Famille : Le gouvernement caquiste avait promis de créer 13 500 places en CPE dans les deux premières années de son mandat. Deux ans et demi plus tard, seulement 16 % des places ont été réalisés, sans compter la vague de fermetures des services de garde en milieu familial. Pendant ce temps, ce sont les familles, particulièrement les mères, qui en paient le prix. Nous demandons donc au gouvernement de prévoir l’argent nécessaire pour déployer les places en services de garde promises et valoriser le rôle des éducatrices en services de garde en milieu familial pour s’assurer que toutes les régions du Québec aient des solutions adaptées à leurs réalités.

Aînés : Les aînés veulent de plus en plus vieillir à la maison, les résidences privées pour aînés ou les centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD) ne sont pas adaptés à la condition de tous. L’aide actuelle n’est pas suffisante. Il faut un crédit d’impôt pour un maintien à domicile mieux adapté et plus généreux.

Cela fait plus d’un an que nous luttons contre la COVID-19. Notre système en entier a été testé et il a montré ses failles. À court terme, ce budget devra donc mettre en place des mesures pour venir en aide aux secteurs les plus lourdement affectés. À long terme, il devra aussi démontrer une vision dont les moteurs sont la modernité et le progrès du Québec. Nous nous attendons à ce que les leçons tirées de la pandémie forcent le gouvernement à entreprendre les virages qui s’imposent pour notre avenir collectif, notre filet social et nos services publics. Au Parti libéral du Québec, nous croyons qu’il est temps que le Québec se dote d’une nouvelle vision économique, d’un nouveau contrat social durable et inclusif.

– Dominique Anglade, cheffe de l’opposition officielle et porte-parole responsable de la Charte des régions.

Les Québécoises et les Québécois ont été durement touchés par la crise sanitaire et celle-ci aura des impacts très importants sur les finances publiques et la croissance économique du Québec. Les problèmes d’inégalité sociale ont été exacerbés et il est important que le prochain budget caquiste réponde aux multiples besoins avec la mise en œuvre de mesures concrètes pour favoriser la relance de l’économie, l’amélioration de nos services publics et la protection du Fonds des générations. Il faudra également que le ministre des Finances, Éric Girard, ait l’ambition nécessaire afin d’assurer toute la flexibilité requise pour un retour à l’équilibre budgétaire et la vision d’une relance économique moderne pour que les hommes et les femmes aient les mêmes opportunités.

– André Fortin, porte-parole de l’opposition officielle en matière de finances publiques et leader parlementaire de l’opposition officielle.

François Legault se doit de bâtir les fondements d’une relance durable et inclusive. Pour y arriver, il devra démontrer avec ce budget qu’il croit véritablement à la nécessité d’avoir une vision nouvelle pour le Québec : placer l’économie au service des Québécoises et des Québécois. Ce sera l’occasion de voir la vision du gouvernement en matière de lutte aux changements climatiques, en matière d’innovation technologique, mais aussi pour nos PME et nos organismes communautaires. La vision du progrès économique que nous souhaitons en est une qui saura créer un meilleur équilibre entre les valeurs du marché et celle d’une société où tous les Québécois peuvent aspirer à leur plein potentiel.

– Carlos J. Leitão, porte-parole en matière d’économie et de lutte aux changements climatiques.

Vous aimerez lire aussi