Retour aux communiqués
Communiqué de presse
25 mars 2021

Budget 2021-2022 : Un budget conservateur et sans vision


Merci pour votre intérêt envers le Parti libéral du Québec.

Restez informé(e) en temps réel et échangez avec nous sur les médias sociaux :
Twitter : @LiberalQuebec
Facebook: fb.com/LiberalQuebec

N. B. Veuillez noter que vous pouvez annuler votre abonnement à notre infolettre en tout temps en cliquant sur le lien situé au bas de chaque message.

Abonnez-vous à l’infolettre pour rester informé

L’opposition officielle a exprimé sa déception face au Budget 2021-2022 déposé par le gouvernement caquiste aujourd’hui. Le Parti libéral du Québec souhaitait que le gouvernement profite de l’occasion pour présenter une vision plus moderne du Québec, orientée vers le progrès social, économique, durable et technologique. Or, ce qui a été présenté aujourd’hui ne prévoit aucun plan de transition énergétique et ne reconnait pas le problème de fond de pénurie de main-d’œuvre, particulièrement dans les services, où les femmes sont majoritaires. Sans compter qu’on nous annonce, dans 2 ans après les prochaines élections, le début d’une série de compressions pour atteindre l’équilibre budgétaire, sans prévoir comment nous allons y arriver.

De plus, la pandémie ayant causé des impacts sociaux importants, des mesures beaucoup plus concrètes pour soutenir les familles étaient attendues, à la fois en termes de services de garde, de réussite scolaire et de maintien à domicile. La mise en place d’un programme de psychothérapie publique ainsi que le rattrapage des chirurgies auraient aussi dû être priorisés, ce qui n’est pas le cas.

Finalement, après les 7 féminicides survenus dans les 6 dernières semaines, les moyens supplémentaires attendus pour vaincre la violence conjugale et mieux soutenir les maisons d’hébergement ne sont pas non plus au rendez-vous. Le Parti libéral du Québec condamne le silence de la CAQ face à la mobilisation de l’ensemble de la société québécoise pour régler cet enjeu de société.

La présentation d’un budget, c’est un test de vision pour un gouvernement. Aujourd’hui, le gouvernement a échoué à positionner le Québec dans la modernité. C’est un budget de la vieille école. Nous pensions que les leçons tirées de la pandémie inciteraient le gouvernement à entreprendre les virages incontournables pour notre avenir collectif, notre filet social et nos services publics. Pourtant, il présente aujourd’hui le budget le moins ambitieux depuis longtemps en matière environnementale. Les investissements conservateurs présentés ne pourront répondre aux besoins grandissants en matière de santé mentale, permettre de reprendre les 130 000 chirurgies reportées ou résoudre la crise des services de garde.

– André Fortin, porte-parole de l’opposition officielle en matière de finances publiques et leader parlementaire de l’opposition officielle

Nous avions demandé au gouvernement caquiste qu’il soit flexible quant au retour à l’équilibre budgétaire sur 5 ans. Il a écouté notre demande de flexibilité, mais il s’est commis trop rapidement à une échéance compte tenu du contexte pandémique. Des scénarios alternatifs auraient dû être présentés, comme ce fut le cas en Ontario. Le budget présenté par le gouvernement manque clairement de vision pour la relance économique, qui doit être plus humaine, plus juste et plus égalitaire.

– Carlos J. Leitão, porte-parole en matière d’économie et de lutte aux changements climatiques.

Le gouvernement caquiste a annoncé, à mot couvert, que dans 2 ans, après la prochaine élection, les dépenses de la majorité des missions de l’État seraient coupées pour atteindre l’équilibre budgétaire. Ce que ça signifie, c’est une nouvelle ronde de compressions, alors que des efforts considérables ont été faits dans les dernières années. La CAQ doit être plus transparente et expliquer en détail son plan de retour à l’équilibre budgétaire. De plus, il avait promis d’investir 50 % des sommes prévues au PQI pour le secteur des transports pour les transports collectifs. Pour une troisième année consécutive, le gouvernement manque la marque. Il est donc clair aujourd’hui qu’il s’agit d’une promesse brisée.

– Gaétan Barrette, porte-parole en matière de Conseil du Trésor.

Rappelons que le Parti libéral du Québec avait tendu la main au gouvernement en faisant les propositions à court terme suivantes :

  • Famille : l’argent nécessaire pour déployer les 13 500 places en services de garde promises et valoriser le rôle des éducatrices en services de garde en milieu familial pour s’assurer que toutes les régions du Québec aient des solutions adaptées à leurs réalités.
  • Santé mentale : mise en place d’un programme public de psychothérapie.
  • Santé : un fonds dédié à la reprise des activités chirurgicales.
  • Aînés : crédit d’impôt pour un maintien à domicile mieux adapté et plus généreux.
  • Éducation : bonifier le programme de tutorat et prévoir un crédit d’impôt remboursable de 500 $ pour les familles afin de couvrir les coûts pour les embauches de ressources faites par les parents pour soutenir l’apprentissage de leurs enfants depuis le début de la crise.
  • Économie : moduler l’aide gouvernementale aux PME en fonction de la perte du revenu et du secteur d’activité, offrir une aide directe bonifiée aux PME en doublant le pardon admissible, permettre plus de flexibilité aux entreprises dans les conditions de remboursement de prêts, offrir le taux réduit d’impôt pour les PME qui œuvrent dans les secteurs des services et geler les taux de cotisation au Régime de rentes du Québec (RRQ) pour les PME pour une période d’un an.