Retour aux communiqués
Communiqué de presse
16 octobre 2020

Campements improvisés et itinérance : l’opposition officielle presse le gouvernement d’agir


Merci pour votre intérêt envers le Parti libéral du Québec.

Restez informé(e) en temps réel et échangez avec nous sur les médias sociaux :
Twitter : @LiberalQuebec
Facebook: fb.com/LiberalQuebec

N. B. Veuillez noter que vous pouvez annuler votre abonnement à notre infolettre en tout temps en cliquant sur le lien situé au bas de chaque message.

Abonnez-vous à l’infolettre pour rester informé

La députée de Bourassa-Sauvé et porte-parole libérale en matière de solidarité sociale et de lutte contre la pauvreté, Mme Paule Robitaille, accompagnée de la députée de Vaudreuil et porte-parole libérale en matière d’habitation, Mme Marie-Claude Nichols, et du député de Mont-Royal-Outremont et porte-parole libéral responsable de la métropole, M. Pierre Arcand, demandent à nouveau au gouvernement caquiste d’agir dans le dossier des campements improvisés à Montréal.

L’opposition officielle réitère ses inquiétudes et ses préoccupations quant à la sécurité et la santé de ces personnes qui se retrouvent en situation d’itinérance à l’approche de la saison froide. Le gouvernement doit poser des gestes forts notamment offrir une aide immédiate aux organismes qui viendront favoriser l’accès à des logements sociaux et prévenir que d’autres gens basculent vers une plus grande précarité.

La situation que vivent ces dizaines de personnes qui ont érigé des tentes pour y habiter est inhumaine dans une société comme la nôtre. Le froid arrivera rapidement et nous devons collectivement nous attaquer aux enjeux d’itinérance, à la crise du logement qui affecte des familles de chez nous et surtout agir en amont pour éviter que plus de gens se retrouvent à la rue. Ce que ces personnes veulent c’est un toit, des logements sociaux.

–Mme Paule Robitaille, députée de Bourassa-Sauvé et porte-parole de l’opposition officielle en matière de solidarité sociale et de lutte contre la pauvreté.

La crise du logement affectait déjà beaucoup de gens et de familles avant la pandémie et a été exacerbée depuis le 1er juillet 2020. Sans compter que les budgets du programme Accès-Logis on subit une baisse significative. La CAQ est pourtant très loin de sa promesse de construire 15 000 nouveaux logements sociaux au Québec. Nous espérons que la situation pourra s’améliorer rapidement.

–Mme Marie-Claude Nichols, députée de Vaudreuil et porte-parole libérale en matière d’habitation.

Montréal est l’épicentre de la crise du logement au Québec. Rappelons que nous avons proposé en 2019 une taxe pour les investisseurs immobiliers étrangers afin que le gouvernement réinvestisse ces sommes, notamment dans les logements sociaux.

–M. Pierre Arcand, député de Mont-Royal-Outremont et porte-parole libéral responsable de la métropole.