Solidarité internationale - Le gouvernement du Québec offre un soutien financier de près de 3,5 M$ aux organismes québécois de coopération internationale
Retour aux communiqués
Communiqué de presse
26 mars 2019

Le Québec dans le monde, coup de frein de la CAQ

Solidarité internationale - Le gouvernement du Québec offre un soutien financier de près de 3,5 M$ aux organismes québécois de coopération internationale

Merci pour votre intérêt envers le Parti libéral du Québec.

Restez informé(e) en temps réel et échangez avec nous sur les médias sociaux :
Twitter : @LiberalQuebec
Facebook: fb.com/LiberalQuebec

N. B. Veuillez noter que vous pouvez annuler votre abonnement à notre infolettre en tout temps en cliquant sur le lien situé au bas de chaque message.

Abonnez-vous à l’infolettre si vous soutenez l’équipe libérale

La députée de Bourassa-Sauvé et porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations internationales et de francophonie, madame Paule Robitaille, a interpellé la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, madame Nadine Girault, sur l’absence de leadership de son gouvernement en matière de relations internationales et de francophonie.

Mme Robitaille a tenu à questionner l’absence de position de la ministre Girault à la suite du dépôt du projet de loi 9, dont la première mesure vise à annuler les 18 000 dossiers d’immigration déjà ouverts et qui touchent près de 50 000 personnes. Déjà, la réputation et l’attractivité de la province à l’internationale sont entachées et il sera plus difficile d’attirer les meilleurs talents au Québec. La ministre a évité de répondre aux questions de la députée de Bourassa-Sauvé. Rappelons que la ministre Girault a refusé d’appuyer une motion présentée à l’Assemblée nationale voulant que le gouvernement respecte l’engagement du premier ministre de traiter les 18 000 dossiers d’immigration déjà ouverts, selon les anciennes règles.

En matière de francophonie, le gouvernement caquiste brille par son manque d’ambition et de volonté. Pour ce qui est des Jeux de la Francophonie, la ministre reste sur ses positions, elle n’investira pas plus que 17 millions de dollars, une somme insuffisante pour mener à terme le projet. L’appétit ne semble pas au rendez-vous. Doit-on conclure que la Coalition avenir Québec ne soutient plus ce projet de la Ville de Sherbrooke?

Le gouvernement promet un grand coup à l’international, mais les crédits du ministère n’ont pas augmentés, la ministre ne semble pas avoir fait de démarche. Les propos de la ministre tiennent plus de la rhétorique que des gestes concrets. Le virage très économique et le manque d’ambition sur les autres fronts du Québec à l’international laissent craindre une tutelle du ministère des Relations internationales et de la Francophonie par le ministère de l’Économie et de l’Innovation.

Depuis son arrivée au ministère des Relations internationales et de la Francophonie, la ministre Nadine Girault peine à prendre sa place au sein du gouvernement caquiste. La diminution du budget de son ministère quand son gouvernement nage dans les surplus en est le triste exemple. Comment la ministre Girault défend-elle le Québec à l’international à la suite du dépôt du projet de loi sur l’immigration? Comment assurer le leadership du Québec sur la scène internationale si elle peine à soutenir la candidature de Sherbrooke pour tenir les Jeux de la Francophonie? Le ministère des Relations internationales et de la Francophonie deviendra-t-il une succursale du ministère de l’Économie et de l’Innovation?

– Paule Robitaille, députée de Bourassa-Sauvé et porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations internationales et de francophonie