Combattre l’obsolescence programmée
Retour aux communiqués
Communiqué de presse
08 mai 2019

La CAQ refuse que la CRC se saisisse d’une pétition pour combattre l’obsolescence programmée

Combattre l’obsolescence programmée

Merci pour votre intérêt envers le Parti libéral du Québec.

Restez informé(e) en temps réel et échangez avec nous sur les médias sociaux :
Twitter : @LiberalQuebec
Facebook: fb.com/LiberalQuebec

N. B. Veuillez noter que vous pouvez annuler votre abonnement à notre infolettre en tout temps en cliquant sur le lien situé au bas de chaque message.

Abonnez-vous à l’infolettre si vous soutenez l’équipe libérale

Lors d’une séance de travail de la Commission des relations avec les citoyens ayant eu lieu plus tôt aujourd’hui, les députés ministériels caquistes ont voté contre la saisie d’une pétition signée par plus de 45 000 personnes demandant au gouvernement de s’attaquer à l’obsolescence programmée.

La CAQ utilise le prétexte que le projet de loi 197, Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur afin de visant à lutter contre l’obsolescence programmée et de faire valoir le droit à la réparation des biens, est à l’étude auprès du ministère afin de justifier son inaction. Pourtant, lors de l’étude des crédits de son ministère, la ministre de la Justice, Sonia Lebel, n’a pas voulu donner d’échéancier sur l’adoption d’un projet de loi, n’a pas confirmé qu’elle rappellerait le projet de loi 197, ni n’a confirmé qu’elle en déposerait un nouveau.

Le député de Sainte-Rose a pourtant confirmé sur Twitter aujourd’hui qu’un projet de loi serait déposé prochainement. On constate que le gouvernement caquiste semble vouloir s’approprier le dossier en fermant la porte à la collaboration avec les groupes d’oppositions.

L’obsolescence programmée est un enjeu qui interpelle la société civile. Plus de 45 000 citoyens ont d’ailleurs signé la pétition pour contrer l’obsolescence programmée.Le 18 mars dernier, je participais à une rencontre avec des étudiants de l’Université de Sherbrooke pour échanger sur ce sujet et les aider dans la préparation du projet de loi 197. Il est dommage que la CAQ refuse aujourd’hui d’entendre le message de ces 45 000 signataires et d’aborder cette question par le biais d’une commission parlementaire.

– Lise Thériault, députée d’Anjou-Louis-Riel et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’habitation et pour la protection des consommateurs

Vous aimerez lire aussi