Retour aux communiqués
Communiqué de presse
13 février 2020

Point sur la crise du logement : un sommet sur l’habitation s’impose


Merci pour votre intérêt envers le Parti libéral du Québec.

Restez informé(e) en temps réel et échangez avec nous sur les médias sociaux :
Twitter : @LiberalQuebec
Facebook: fb.com/LiberalQuebec

N. B. Veuillez noter que vous pouvez annuler votre abonnement à notre infolettre en tout temps en cliquant sur le lien situé au bas de chaque message.

Abonnez-vous à l’infolettre pour rester informé

La porte-parole de l’opposition officielle en matière d’habitation, Mme Lise Thériault et le député de Viau, M. Frantz Benjamin interpellent la ministre des Affaires municipales et de l’habitation, Mme Andrée Laforest afin qu’elle tienne rapidement un Sommet sur l’habitation. Les acteurs du milieu de l’habitation et le monde municipal doivent se réunir rapidement pour discuter de la crise du logement qui frappe plusieurs villes du Québec.

La députée d’Anjou-Louis-Riel soutient que, pour régler le problème rapidement, il est nécessaire d’asseoir tous les groupes touchés autour d’une même table afin de décider d’un plan d’action clair et concret.

Le député de Viau croit aussi qu’un sommet est nécessaire pour bien identifier l’ensemble des problèmes qui favorisent l’apparition d’une crise du logement. Il affirme qu’il faut des solutions durables pour ne pas être aux prises avec cette situation de manière cyclique.

Mme Thériault préconise la recherche de solutions entre les acteurs concernés plutôt que d’appliquer un moratoire sur les évictions de locataires tel que proposé par Québec solidaire. Cette proposition ne règlerait en rien le problème de pénurie de logements auquel sont confrontées plusieurs familles puisque celui-ci découle de plusieurs facteurs tels que :

  • le nombre insuffisant de logements sur le marché locatif;
  • l’absence d’entente fédérale provinciale en matière de logement qui prive le Québec d’investissements de 1,5 milliards de dollars;
  • l’impact de l’hébergement touristique de courte durée de type « Airbnb »;
  • l’impact des investisseurs étrangers, notamment sur le marché de l’habitation à Montréal;
  • l’impact des évictions pour cause de rénovations.

Il n’existe pas une solution unique pour résoudre cette problématique d’où l’importance de réunir l’ensemble des intervenants. La ministre Laforest se réfugie derrière l’adoption de la loi 16 pour dire qu’elle s’est attaquée au problème de pénurie de logements. Il reste bien du chemin à faire notamment s’asseoir avec le gouvernement fédéral pour aller chercher les sommes dues en matière de logement.  Un sommet nous permettrait de mettre sur la table l’ensemble des solutions possibles pour intervenir rapidement.

– Lise Thériault, porte-parole libérale en matière d’habitation.

La crise du logement est un problème majeur qui affecte des centaines de familles, des personnes seules, des aînés. Il faut rapidement trouver des solutions qui permettront de résorber cette problématique qui crée anxiété et insécurité chez plusieurs personnes.

– Frantz Benjamin, porte-parole libéral en matière de tourisme