Le ministre Barrette lance le plan d'action en santé mentale 2015-2020
Retour aux communiqués
Communiqué de presse
7 Décembre 2022

De meilleures conditions pour le personnel infirmier et des soins plus humains

Le ministre Barrette lance le plan d'action en santé mentale 2015-2020

Le porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, M. André Fortin, a présenté aujourd’hui à l’Assemblée nationale, un projet de loi visant à améliorer la qualité des soins par la fixation de ratios dans certains établissements du réseau de la santé et des services sociaux. Ces ratios sont plus que jamais pertinents, surtout avec le contexte de pénurie de main-d’œuvre qui frappe aussi dans le milieu de la santé.

Selon les mesures proposées au projet de loi, la fixation de ratios se traduirait par la présence d’une équipe minimale de professionnels en soins pour un groupe de patients ayant des problèmes de santé similaires. Ce minimum serait ajustable à la hausse selon leurs besoins. En nombre suffisant, les professionnels auraient le temps de dispenser des soins plus sécuritaires aux patients et pourraient utiliser enfin toutes leurs compétences, estime le député libéral de Pontiac.

Une diminution de la charge de travail, de l’insatisfaction, de l’absentéisme, de la détresse, de l’épuisement et des accidents de travail a été démontrée par plusieurs projets pilotes. En offrant des conditions optimales au personnel soignant, il serait plus facile de recruter une main-d’œuvre qui, depuis longtemps, est manquante sur le terrain.

« Le manque criant de personnel dans nos établissements de santé nous démontre une fois de plus l’importance de mettre en place de tels ratios qui ont déjà fait leurs preuves. Bonifier le salaire du personnel soignant, c’est important, mais il faut lui offrir des conditions de travail décentes et valorisantes. Les ratios auraient des effets positifs sur la rétention et le recrutement des infirmières et préposées ainsi que des bienfaits pour les soins aux patients des hôpitaux et des CHSLD. Quatre ans après le dépôt d’un tel projet de loi, nous demandons au gouvernement caquiste qu’il démontre un minimum d’ouverture et qu’il permette aux députés d’étudier ce projet de loi. »

-André Fortin, député de Pontiac et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé