Assemblée nationale
Retour aux communiqués
Communiqué de presse
28 novembre 2018

À la demande de Jean Rousselle, la commissaire à l’éthique ouvre une enquête au sujet de la députée de Laviolette-Saint-Maurice

Assemblée nationale

Code d’éthique et de déontologie des membres de l’Assemblée nationale

Merci pour votre intérêt envers le Parti libéral du Québec.

Restez informé(e) en temps réel et échangez avec nous sur les médias sociaux :
Twitter : @LiberalQuebec
Facebook: fb.com/LiberalQuebec

N. B. Veuillez noter que vous pouvez annuler votre abonnement à notre infolettre en tout temps en cliquant sur le lien situé au bas de chaque message.

Abonnez-vous à l’infolettre pour rester informé

QUÉBEC, le 27 nov. 2018. – M. Jean Rousselle, député de Vimont et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éthique, a demandé aujourd’hui à la commissaire à l’éthique et à la déontologie d’ouvrir une enquête au sujet de la députée de Laviolette-Saint-Maurice, Mme Marie-Louise Tardif.

C’est par le biais des médias que nous avons appris que la députée de Laviolette-Saint-Maurice recevrait toujours une rémunération de son ancien employeur, le Parc de l’Île Melville, et ce, malgré son rôle de députée à l’Assemblée nationale. Mme Tardif aurait par ailleurs transféré au Parc de l’Île Melville des meubles qui se trouvaient au bureau de la précédente députée de Laviolette et qui sont la propriété de l’Assemblée nationale.

Dans sa réponse au député de Vimont, la commissaire a déjà confirmé l’ouverture d’une enquête visant la députée de Laviolette-Saint-Maurice en vertu des articles 11 et 36 du Code d’éthique et de déontologie des membres de l’Assemblée nationale.

La Coalition Avenir Québec a toujours crié haut et fort qu’en matière d’éthique c’était tolérance zéro. Aujourd’hui, nous invitons M. Legault à prendre acte de la situation et à poser les gestes qu’il juge nécessaires à la lumière de ces nouvelles informations.

– Jean Rousselle, porte-parole de l’opposition officielle en matière d’éthique