Retour aux communiqués
Communiqué de presse
1er février 2021

La CAQ doit rectifier le tir et utiliser les tests rapides de dépistage


Cela fait des mois que les experts du milieu médical et scientifique demandent une stratégie de dépistage de la COVID-19 complète. Depuis le début de la pandémie, l’opposition officielle talonne le gouvernement afin qu’il présente une telle stratégie, laquelle inclurait l’utilisation massive des tests rapides pour limiter la propagation du virus et les éclosions, notamment dans les écoles, les milieux de soins, les manufactures et les entreprises. L’utilisation des tests rapides pourrait aussi permettre une reprise sécuritaire des cours dans les établissements d’enseignement supérieur.

Or, la semaine dernière, nous apprenions par Le Devoir que le gouvernement n’a utilisé que 13 000 des 2,6 millions de tests rapides reçus. Vendredi dernier, l’Ontario a, quant à elle, annoncé son intention de multiplier l’utilisation de ces tests rapides, notamment pour tester les personnes asymptomatiques. À court terme, l’Ontario offrira jusqu’à 300 000 tests rapides par semaine aux secteurs essentiels. De plus, la province encourage les entreprises à se procurer et à utiliser des tests rapides, alors que cela n’est pas mis de l’avant au Québec.

La porte-parole de l’opposition officielle en matière de Santé et de Services sociaux, Mme Marie Montpetit, s’inquiète des effets de la stratégie caquiste quant à l’utilisation des tests rapides :

 L’entêtement et la réticence du gouvernement caquiste à ne pas utiliser les tests rapides sont déplorables. Pendant que l’Ontario se procure 21 millions de tests, le gouvernement de la CAQ réfléchit encore à comment utiliser ceux qu’il a reçus il y a trois mois. Plusieurs enjeux restent entiers dans la lutte contre le virus notamment la présence des variants sur le territoire québécois et la vaccination. Tant et aussi longtemps que la pandémie n’est pas terminée, le gouvernement doit multiplier les interventions pour freiner la propagation du virus. Les tests rapides ont une place de choix dans le contrôle de la pandémie. Pourquoi le gouvernement du Québec fait-il le choix de se priver d’outils pour gagner la bataille ? Le gouvernement sera en point de presse demain et annoncera des mesures de déconfinement. Il devrait profiter de l’occasion pour annoncer des mesures supplémentaires de dépistage et le déploiement des tests rapides pour prévenir les éclosions. 

Marie Montpetit, députée de Maurice-Richard et porte-parole de l’opposition officielle en matière de Santé et Services sociaux

Vous aimerez lire aussi