Retour aux communiqués
Communiqué de presse
09 juin 2021

La place des femmes en politique provinciale : le PLQ souhaite exiger la parité des candidatures


Québec, le 7 juin 2021 – La place des femmes n’est toujours pas acquise ni suffisante dans les partis politiques provinciaux et à l’Assemblée nationale. Dans les circonstances, le Parti libéral du Québec s’engage à déposer, lors de la prochaine session parlementaire, un projet de loi visant à inclure dans la Loi électorale l’obligation de parité dans les candidatures des partis politiques provinciaux, et ce, dès les prochaines élections générales prévues en 2022.

La porte-parole de l’opposition officielle en matière de condition féminine, Mme Isabelle Melançon, et le porte-parole en matière d’institutions démocratiques, M. Marc Tanguay, travaillent conjointement sur cette proposition qui viseraient notamment deux choses, soit, des pénalités financières pour les partis politiques qui ne respecteraient pas le principe de parité et un incitatif financier pour ceux qui atteindraient la parité de candidats élus.

Cela fait des décennies que la place des femmes en politique est sujette d’engagements et de discussions. Malheureusement, les bottines ne suivent pas toujours les babines. Nous sommes en 2021 : il est grand temps d’agir beaucoup plus clairement, comme l’ont fait plusieurs pays. Nous le devons à nos enfants et aux futures générations. Le Parti libéral du Québec est le premier parti politique provincial à s’engager dans cette voie, et j’en suis très fière. Espérons que les autres partis se joignent à nous, pour que ça se concrétise en vue des prochaines élections.

Isabelle Melançon, députée de Verdun et porte-parole de l’opposition officielle en matière de condition féminine.

Les femmes doivent occuper une place plus importante dans les postes décisionnels, incluant ceux dans la sphère politique. Je pense entre autres à l’avenir de mes deux filles aujourd’hui, peu importe le chemin professionnel qu’elles prendront. Les partis politiques ont un devoir d’exemplarité envers l’ensemble de notre société, dans cette grande marche vers l’égalité hommes-femmes. Au cours des dernières années, il y a certes eu une augmentation des candidatures féminines au sein des partis politiques. Cependant, sans une obligation législative, rien n’assure que la situation progressera, ni même qu’elle se maintiendra. C’est pourquoi nous proposons aujourd’hui de poser un geste significatif pour améliorer la représentativité des femmes dans notre démocratie. Agissons, pour que, dès la prochaine élection en 2022, il y ait plus de femmes en politique.

Marc Tanguay, député de LaFontaine et porte-parole de l’opposition en matière d’institutions démocratiques.