Retour aux communiqués
Communiqué de presse
18 juin 2020

Pour un plan de sauvetage de nos PME dans toutes nos régions du Québec


Merci pour votre intérêt envers le Parti libéral du Québec.

Restez informé(e) en temps réel et échangez avec nous sur les médias sociaux :
Twitter : @LiberalQuebec
Facebook: fb.com/LiberalQuebec

N. B. Veuillez noter que vous pouvez annuler votre abonnement à notre infolettre en tout temps en cliquant sur le lien situé au bas de chaque message.

Abonnez-vous à l’infolettre pour rester informé

À la veille du Portrait de la situation économique et financière du Québec 2020-2021, la cheffe de l’opposition officielle, madame Dominique Anglade, accompagnée de monsieur André Fortin, leader parlementaire et porte-parole en matière de Finances publiques, de monsieur Monsef Derraji, leader parlementaire adjoint et porte-parole en matière de Petites, moyennes entreprises, Innovation, Travail et Emploi et de monsieur Carlos J. Leitão, porte-parole en matière d’Économie et Lutte aux changements climatiques, a réitéré que les Québécoises et Québécois s’attendent demain à une véritable mise à jour budgétaire du ministre des Finances et qu’à cette fin, nous lui présentons une série de mesures fiscales pour agir rapidement dans tous les secteurs de notre économie au nom une vraie relance économique du Québec.

Il y a 4 mois, ce gouvernement nous présentait un budget sans prendre en considération les incertitudes économiques liées à la COVID-19 et aujourd’hui, nos finances publiques ne sont plus les mêmes. C’est pourquoi nous demandons au ministre des Finances de présenter demain une véritable mise à jour budgétaire. Pour nous, il est également impératif d’envisager dès maintenant de présenter un Plan de sauvetage de nos PME au bénéfice de toutes les régions. Nos entrepreneurs attendent depuis des semaines de l’aide directe et leurs demandes sont restées sans réponse depuis trop longtemps. La réalité, c’est que la Coalition Avenir Québec laisse de côté l’ensemble de nos petites et moyennes entreprises. Il est temps qu’ils posent des gestes forts pour sauver nos régions et assurer une vitalité économique aux quatre coins du Québec.

Dominique Anglade, cheffe de l’opposition officielle

Pour une vraie relance économique, nous demandons au ministre des Finances :

  • De soutenir l’accès au numérique dans les entreprises, surtout les PME;
  • De convertir à l’utilisation d’électricité les bâtiments commerciaux et résidentiels fonctionnant encore au gaz naturel et au pétrole;
  • De favoriser la relance de l’économie québécoise en venant en aide aux entreprises vulnérables et qu’il mettre sur pied un Fonds de Relance Économique. Ce Fonds pourrait venir notamment en aide aux restaurateurs et tenanciers qui sont particulièrement frappés par la crise sanitaire actuelle;
  • De regrouper tous les programmes, subventions et investissements dédiés à la transition climatique et au développement économique et environnemental dans une « Banque du climat » qui coordonnera, à un bras de distance du gouvernement, les initiatives de transition vers une économie carboneutre;
  • De favoriser le télétravail dans la mesure où l’accélération des dépenses pour les entreprises qui favoriseront le télétravail coûtera très cher à la fois aux entreprises et possiblement aux employés, afin d’acquérir l’équipement nécessaire;
  • D’évaluer l’impact financier de laisser aux entreprises de restauration l’équivalent de la TVQ perçue;
  • De stimuler les dépenses privées en rénovation en développant un programme de « rénovation profonde » qui priorise la rénovation des immeubles à logement de ménages à faibles revenus;
  • De mettre en place un programme IMMOVERT en encourageant les dépenses en rénovation écoénergétique des ménages et des propriétaires d’immeubles locatifs et de soutenir la mise à niveau des bâtiments commerciaux : dans l’immobilier commercial, les propriétaires feront d’importants investissements en vue d’adapter leurs immeubles au contexte de la COVID-19. Il s’agira notamment de réaménagements et d’achats d’équipements pour améliorer la performance énergétique des bâtiments et la qualité de l’air;
  • D’instaurer un crédit d’impôt de 20 % sur tous les travaux de rénovations résidentielles réalisés par les propriétaires-occupants et les propriétaires d’immeubles locatifs et de bonifier ce crédit d’impôt à 30 % dans le cas de travaux de rénovation écoénergétiques;
  • D’examiner la mise en place d’un crédit d’impôt remboursable inspiré d’une mesure touchant l’investissement et l’innovation (C3i) pour les propriétaires d’immeubles commerciaux;
  • De permettre l’amortissement accéléré de certaines dépenses des propriétaires d’immeubles locatifs;
  • Empêcher les évictions des petites entreprises n’étant plus en mesure de s’acquitter des frais de location des locaux commerciaux.