Programme de l’expérience québécoise  - Des restrictions contre-productives et inacceptables
Retour aux communiqués
Communiqué de presse
05 novembre 2019

Programme de l’expérience québécoise – Des restrictions contre-productives et inacceptables 

Programme de l’expérience québécoise  - Des restrictions contre-productives et inacceptables

Merci pour votre intérêt envers le Parti libéral du Québec.

Restez informé(e) en temps réel et échangez avec nous sur les médias sociaux :
Twitter : @LiberalQuebec
Facebook: fb.com/LiberalQuebec

N. B. Veuillez noter que vous pouvez annuler votre abonnement à notre infolettre en tout temps en cliquant sur le lien situé au bas de chaque message.

Abonnez-vous à l’infolettre pour rester informé

Les partis d’opposition à l’Assemblée nationale réclament au gouvernement de François Legault de faire marche arrière concernant les modifications apportées aux Programme de l’expérience québécoise (PEQ). Des milliers d’étudiants et de travailleurs sont depuis plongés dans l’inquiétude ne sachant pas ce que l’avenir leur réserve alors qu’on les a attirés au Québec en leur promettant une voie rapide vers la résidence permanente.

La semaine dernière, sans que personne ne le voie venir, le ministre de l’Immigration Simon Jolin-Barrette a annoncé que le PEQ ne s’appliquerait désormais qu’à une liste restreinte de programmes d’études ou de domaines de formation. Des milliers d’étudiants et de travailleurs étrangers ont ainsi appris que leur programme ou domaine de formation n’était plus éligible au programme, et donc que leur projet d’immigration au Québec tombait à l’eau.

Le ministre ne peut pas anéantir les espoirs de milliers d’étudiants, qui ont payé le plein prix pour leurs études, et qui se sont laissés séduire par les campagnes de promotion pour venir étudier au Québec.

De même, il ne peut pas non plus nuire aux entreprises du Québec qui accueillent, en leur sein, des travailleurs étrangers du Québec, qui les forme, et qui souhaite que ceux-ci puissent demeurer au Québec de façon permanente. 

Il est inadmissible dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre de prendre le risque que ces talents s’exilent vers d’autres provinces canadiennes ou ailleurs.

C’est une décision sans cœur et inhumaine qui brise des vies. Ces gens ont investi des milliers de dollars dans leur formation et du jour au lendemain on leur dit qu’on ne souhaite plus les avoir au Québec. Des jeunes qui se sont intégrés à la société québécoise, qui parlent français, qui travaillent ici et même qui ont fondé une famille. C’est une injustice et un manque de compassion à l’égard de ces jeunes.

– Monsef Derraji, député de Nelligan et porte-parole de l’opposition officielle en matière de PME, d’innovation et d’immigration.

Encore une fois, le ministre agit de manière inhumaine et insensible. M. Jolin-Barrette s’en prend à des gens qui vivent au Québec, qui étudient au Québec, qui travaillent au Québec, qui sont en voie d’obtenir un diplôme. Ils se sont fait promettre qu’ils pourraient rester et se font maintenant montrer la porte. Je demande au ministre de reculer immédiatement et de laisser ces milliers d’étudiants et d’étudiantes rester et contribuer au Québec.

– Gabriel Nadeau-Dubois, leader parlementaire de Québec solidaire

Les changements au PEQ sont contre-productifs. Nous demandons au gouvernement de prioriser les immigrants déjà établis au Québec et déjà intégrés, ce qui correspond exactement au profil des étudiants qui bénéficient du PEQ. Ce n’est pas avec de telles mesures que nous parviendrons à régler le problème de pénurie de main-d’œuvre, à assurer le dynamisme de nos cégeps et universités et à aider nos régions à continuer de se développer.

– Méganne Perry Mélançon, députée de Gaspé et porte-parole du Parti Québécois en matière d’immigration