Retour aux communiqués
Communiqué de presse
05 mars 2021

Projet minier de Nouveau Monde Graphite : la CAQ refuse d’écouter les recommandations du BAPE


Merci pour votre intérêt envers le Parti libéral du Québec.

Restez informé(e) en temps réel et échangez avec nous sur les médias sociaux :
Twitter : @LiberalQuebec
Facebook: fb.com/LiberalQuebec

N. B. Veuillez noter que vous pouvez annuler votre abonnement à notre infolettre en tout temps en cliquant sur le lien situé au bas de chaque message.

Abonnez-vous à l’infolettre pour rester informé

Le projet minier du Nouveau Monde Graphite à Saint-Michel-des-Saints divise la région et suscite beaucoup d’inquiétudes, notamment concernant les risques liés à la gestion des rejets miniers et à la protection de l’eau. En effet, la protection du lac Taureau pourrait être compromise.

L’Opposition officielle dénonce la façon dont le gouvernement caquiste a géré ce dossier. D’une part, nous avons appris qu’une nouvelle méthode d’enfouissement des déchets miniers acides était testée par Nouveau Monde Graphite et que le Bureau des audiences publiques sur l’environnement (BAPE) avait recommandé au ministère de l’Environnement d’attendre les résultats de nombreuses études et analyses hydrogéologiques, afin d’évaluer adéquatement les risques pour la Rivière-Matawin et le lac Taureau. Malgré cette mise en garde majeure du BAPE, la CAQ a donné son aval au projet en catimini par décret le 10 février dernier.

Le projet minier Matawinie se trouve en territoire ancestral Atikamekw. En autorisant ce chantier, le gouvernement de la CAQ n’a pas pris le temps d’en arriver à un consensus avec le Conseil des Atikamekws de Manawan. Le gouvernement de la CAQ n’a pas fait ses devoirs d’acceptabilité sociale. C’est un travail bâclé et précipité.

Plusieurs citoyens et citoyennes sont inquiets quant aux impacts environnementaux néfastes de ce projet. Le BAPE n’a pas donné son autorisation au projet et avait demandé au gouvernement d’être prudent et d’attendre certaines études ainsi que des analyses probantes permettant de valider certaines informations avant que ne soit autorisé ce projet. Malgré cette recommandation importante, le ministre de l’Environnement, Benoit Charrette, a donné son aval au projet, en sachant que des analyses sont incomplètes et parfois totalement absentes. C’est un gros risque à prendre considérant les impacts environnementaux possibles pour le lac Taureau. En agissant ainsi et en faisant fi des recommandations du BAPE, le gouvernement caquiste manque à son devoir de préservation et de protection de nos joyaux naturels.

– Isabelle Melançon, députée de Verdun et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’Environnement

La communauté atikamek doit être consultée et considérée comme un partenaire pour un projet qui doit se développer sur son territoire. C’est la moindre des choses. Le ministre des Affaires autochtones, Ian Lafrenière, aurait dû s’en assurer avant de donner son aval au projet. Maintenant, il doit poursuivre les discussions avec eux et s’assurer, si le projet voit bel et bien le jour, que des emplois seront garantis aux membres de la communauté.

– Gregory Kelley, député de Jacques-Cartier et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’Affaires autochtones

Le Parti libéral du Québec tient finalement à rappeler que dans le rapport sommaire du BAPE, il avait été proposé que le Ministère de l’Environnement définisse de concert avec la communauté atikamekw de Manawan et le Conseil de la nation Atikamekw les modalités de collaboration et de participation avant la décision du gouvernement relative au projet. Et finalement, qu’à partir des résultats obtenus quant aux évaluations supplémentaires demandées, des bonifications pourraient être apportées par Nouveau Monde Graphite puis évalués par le ministère avant que le projet ne soit autorisé par le gouvernement, et ce, afin de réduire les incertitudes du projet quant aux composantes valorisées par le milieu, notamment la qualité de l’eau, la qualité de vie, la cohabitation, les valeurs des propriétés et l’héritage minier.