Retour aux chefs du Parti
1958 - 1969

Jean
Lesage


Naissance

10 juin 1912 à Montréal

Décès

12 décembre 1980 à Sillery

Chef du Parti

31 mai 1958 au 28 août 1969

Premier ministre

05 juillet 1960 au 16 juin 1966

Jean Lesage a modelé le visage du Québec moderne. Il entreprend la réalisation d’un ambitieux programme de réformes sociales qui passera à l’histoire sous le nom de « Révolution tranquille ». Le gouvernement libéral de Lesage instaure l’assurance-hospitalisation, puis la Régie des rentes du Québec et la Caisse de dépôt et placement du Québec, un puissants outils de développement économique. C’est également au gouvernement Lesage et à son « Équipe du tonnerre » que nous devons la nationalisation de l’électricité, autre moteur économique fondamental du Québec.

Né à Montréal, Jean Lesage est admis au Barreau de la province de Québec en 1934. Il est procureur de la couronne de 1939 à 1944.

D’abord élu député libéral à la Chambre des communes de 1945 à 1958, il exerce d’importantes fonctions ministérielles. Il devient chef du Parti libéral du Québec en 1958 et est élu à la tête d’un gouvernement libéral en juin 1960, mettant ainsi fin au règne de 16 ans de l’Union nationale.

Fidèle aux préoccupations libérales depuis un siècle, le gouvernement crée un ministère de l’Éducation, fer de lance de l’enrichissement collectif. C’est également au premier ministre Jean Lesage que nous devons la création d’un ministère de la Culture en 1961, qui contribuera au rayonnement international du Québec.

Il décède à Sillery, le 12 décembre 1980, à l’âge de 68 ans.


Nationalisation des compagnies d'électricité

1er mai 1963

Le gouvernement libéral de Jean Lesage nationalise des compagnies de production et de distribution d'électricité. Elles sont absorbées par Hydro-Québec, créée en 1944 par le gouvernement libéral de Godbout, qui avait amorcé la première phase de nationalisation des compagnies électriques et gazières.

Création du ministère de l'Éducation et du Conseil supérieur de l'éducation

13 mai 1964

La Loi 60 entre en vigueur, créant un ministère et un Conseil supérieur de l'Education, sous le gouvernement libéral de Jean Lesage. Cette modernisation du système d'enseignement québécois favorisera notamment l’accès de tous à l'éducation supérieure.