Retour aux chefs du Parti
2012 - 2013

Jean-Marc
Fournier


Naissance

07 octobre 1959 à Châteauguay

Chef du Parti

19 septembre 2012 au 18 décembre 2013

À la fois conseiller, stratège et habile parlementaire, Jean-Marc Fournier est l’un des ministres les plus influents au sein du gouvernement québécois. Il commence sa carrière politique en 1994, alors qu’il est élu une première fois dans la circonscription de Châteauguay. Ses électeurs lui renouvellent leur confiance en 1998, en 2003 et en 2007.

Plusieurs responsabilités d’importance lui sont confiées au cours de ces mandats. Il assume successivement les fonctions de ministre des Affaires municipales, du Sport et du Loisir (2003-2005), de ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport (2005-2007), de ministre du Revenu (2007-2008) et de leader parlementaire du gouvernement (2007-2008). Après une brève pause à sa carrière politique, il y revient en août 2010, ce qui lui permet d’accéder au poste de ministre de la Justice et des Institutions démocratiques (2010-2011). Il est réélu à l’élection partielle dans Saint-Laurent en septembre 2010 et ajoute à sa responsabilité de ministre de la Justice celle de leader parlementaire jusqu’à l’élection de 2012.

En 2012 et 2013, il cumule les fonctions de chef du Parti libéral et de chef de l’opposition officielle. En 2014, il poursuit sa carrière à titre de ministre des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne et de leader parlementaire du gouvernement.

Durant sa carrière de ministre des Affaires municipales, il a créé un processus démocratique qui permet aux citoyennes et aux citoyens de choisir le statut municipal de leur communauté.

On lui doit également la mise en œuvre du programme Équipe Québec, destiné à soutenir notre élite sportive amateur, alors qu’il était ministre des Affaires municipales, du Sport et du Loisir. Durant ce mandat, il a également initié le premier programme d’infrastructures sportives.

Comme ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, il a légiféré la fin du recours à la clause dérogatoire en matière d’enseignement religieux, ce qui a permis l’implantation du cours d’éthique et culture religieuse dans le réseau scolaire québécois.

À titre de ministre du Revenu, il a annoncé à la mise en place du processus des modules d’enregistrement des ventes dans les restaurants.

De son engagement à titre de ministre des Institutions démocratiques a découlé l’adoption du code d’éthique des députées et des députés de l’Assemblée nationale.

Comme ministre de la Justice, il est à l’origine du Fonds Accès Justice, un fonds destiné à financer des projets ou des activités ayant pour but d’améliorer la connaissance et la compréhension du droit et du système de justice au sein de la population québécoise.