Retour aux chefs du Parti
1920 - 1936

Louis-Alexandre
Taschereau


Naissance

05 mars 1867 à Québec

Décès

06 juillet 1952 à Québec

Chef du Parti

08 juillet 1920 au 11 juillet 1936

Premier ministre

09 juillet 1920 au 11 juin 1936

Louis-Alexandre Taschereau est en poste en tant que premier ministre du Québec lors de la Grande Dépression. Préoccupé par la situation financière précaire d’une partie de la population durant la crise, il adopte la première loi sur le chômage.

Les entreprises qui exploitent alors l’électricité au Québec, bien que très riches, offrent un service déficient, coûteux et incomplet. Leurs pratiques, qui se font au détriment de la population, du développement régional et de l’économie en général, sont de plus en plus dénoncées.

Louis-Alexandre Taschereau convoque alors une commission d’enquête sur l’électricité afin d’évaluer les impacts sur le développement économique et sur les tarifs domestiques d’une nationalisation de l’électricité. Le rôle que le premier ministre Taschereau fera jouer au gouvernement du Québec pavera non seulement la voie à la nationalisation de l’électricité, mais également au programme libéral résolument autonomiste reflété dans le slogan « Maîtres chez nous ».

Tout au long de son mandat, Louis-Alexandre Taschereau confirme les compétences provinciales, notamment en matière de richesses naturelles, de radiodiffusion, de pêche et de commerce international. Par ses lois de portée sociale, dont certaines sont une réponse collective à la misère individuelle entraînée par la crise de 1929, Louis-Alexandre Taschereau contribue au bien-être des moins nantis. Bien que ses interventions publiques dans le domaine social, traditionnellement réservé aux institutions religieuses, entretiennent des frictions et des conflits, Taschereau maintient le cap en s’inscrivant dans les valeurs libérales.

Né à Québec en 1867, il est premier ministre libéral sans interruption de 1920 à 1936.
La longévité de Taschereau en tant que premier ministre et membre de l’Assemblée législative est tout à fait remarquable. Il siège en effet comme député pendant plus de 35 ans, soit de 1900 jusqu’à sa démission le 11 juin 1936.

Il reçoit un doctorat honoris causa en droit de l’Université Laval en 1908 et de l’Université de Toronto en 1921. Il est nommé officier de la Légion d’honneur en 1924, commandeur en 1927, puis grand-croix en 1934.

Il décède à Québec, le 6 juillet 1952, à l’âge de 85 ans.