Retour au blogue
Blogue
05 janvier 2021

Lettre au ministre de l’Éducation


LETTRE AU MINISTRE DE L’ÉDUCATION
Québec, le 4 janvier 2021

Monsieur le Ministre, 

Dans exactement 7 jours, des milliers d’enfants seront de retour sur les bancs de l’école pour le dernier droit avant la fin de l’année scolaire 2020-2021. À titre de porte-parole de l’opposition officielle en matière d’Éducation, je tenais à vous faire part de mes deux grandes préoccupations, soit d’assurer un retour à l’école pour les élèves le 11 janvier, mais surtout que ce retour soit fait en toute sécurité. 

Dans un souci de réussir ensemble ce retour la semaine prochaine, je me permets de vous soumettre quelques propositions bien précises. 

Tout d’abord, nous proposons que le Directeur de la santé publique puisse avoir l’aide d’un directeur adjoint dédié exclusivement à l’éducation. Le nombre important d’éclosions dans les écoles l’automne dernier témoigne du manque de connaissance de la Santé publique du milieu scolaire. 

Ce matin, un groupe d’experts regroupant plus de 300 scientifiques, demandait à Ottawa de mettre à jour les directives provinciales afin de reconnaitre le rôle de la ventilation et des aérosols dans la transmission du virus. Vous ne pouvez faire fit des recommandations de ces spécialistes qui sonnent de nouveau l’alarme aux autorités. Nous le répétons depuis des mois et nous vous le demandons de nouveau de reconnaitre sans plus tarder les risques liés à la transmission par aérosol et de fournir aux écoles des purificateurs d’air pour lundi prochain le 11 janvier. 

Bien que nous reconnaissions que l’enseignement à distance demeure une solution en cas d’éclosion, nous croyons que l’enseignement en présentiel doit demeurer notre objectif commun. Dès septembre dernier, nous vous avons proposé l’enseignement en alternance, que ce soit des journées ou encore des demi-journées. Nous croyons que les récentes données sur les taux d’échecs ont un lien direct avec l’enseignement à distance en plus de contribuer à la détresse des jeunes isolés à la maison. Permettre aux jeunes de fréquenter physiquement leur école ne peut être que bénéfique pour eux. 

Certaines familles ont manifesté depuis plusieurs mois le désir de recevoir entièrement un enseignement à distance en raison de problèmes de santé familiaux. Or, certaines situations rapportées dans les médias ont permis de constater le manque de flexibilité du gouvernement pour ces familles. Nous souhaitons que, sur demande et pour des raisons de santé, un élève puisse recevoir un enseignement à la maison à temps plein d’ici la fin de l’année scolaire. 

Notre formation politique a proposé, à plusieurs reprises, de mettre sur pied des cliniques mobiles de dépistage dans les écoles et de rendre disponibles des tests rapides dès qu’un cas de Covid est confirmé dans une école. Nous réitérons cette demande et insistons plus que jamais sur la nécessité de procéder rapidement à ces tests directement dans nos écoles. Il en va de la santé pour l’ensemble de la population. 

Au-delà de l’organisation scolaire, je demeure extrêmement préoccupée par la réussite éducative des élèves. Des données préoccupantes rapportées dans les médias l’automne dernier rappellent une hausse fulgurante du taux d’échec, mais aussi une diminution importante de la motivation des jeunes. C’est pour cette raison que nous vous demandons de tenir d’ici la fin du mois de janvier une réunion urgente avec les acteurs du milieu afin de mettre en place le plan que nous vous demandons depuis des mois. 

Selon les données disponibles sur le site internet de votre ministère, le 11 janvier, certains élèves du secondaire devront se soumettre à des épreuves ministérielles. Au primaire, les épreuves débuteront le 14 janvier. C’est un échec annoncé ! Vous devez statuer immédiatement sur ces épreuves qui pourraient avoir un impact désastreux sur la réussite des jeunes, mais aussi sur leur persévérance, leur motivation et leur détresse psychologique. 

Nous vous proposons en échange de mettre en place un véritable plan de rattrapage scolaire. Nos jeunes ont besoin d’aide pour rattraper les semaines, voir les mois de retard accumulés lors de l’année scolaire 2019-2020. Nous vous proposons de mettre en place un crédit d’impôt remboursable de 500 $ pour permettre aux familles d’avoir accès à du tutorat. Les étudiants universitaires pourront être appelés en renfort auprès des élèves qui ont des difficultés.  

Nous vous demandons finalement de permettre à des lieux publics actuellement inutilisés tels que les musées, les centres de sciences et les bibliothèques de prêter leurs locaux afin de permettre de l’aide aux devoirs ou tout autre accompagnement pour les écoles qui ont besoin d’espaces supplémentaires en raison des normes imposées par la santé publique. 

En terminant, je vous offre, Monsieur le ministre, mes meilleurs voeux de santé pour 2021. Veuillez accepter, Monsieur le ministre, mes salutations distinguées. 

Marwah Rizqy
Porte-parole libérale en matière d’éducation