Retour au blogue
Blogue
21 avril 2020

Nous souviendrons-nous?


Merci pour votre intérêt envers le Parti libéral du Québec.

Restez informé(e) en temps réel et échangez avec nous sur les médias sociaux :
Twitter : @LiberalQuebec
Facebook: fb.com/LiberalQuebec

N. B. Veuillez noter que vous pouvez annuler votre abonnement à notre infolettre en tout temps en cliquant sur le lien situé au bas de chaque message.

Abonnez-vous à l’infolettre pour rester informé

Lettre ouverte

Nous ne dirons jamais assez que derrière les chiffres il y a les personnes.

Depuis plusieurs semaines maintenant nous entendons ces chiffres. Le bilan du jour. Ces chiffres que l’on redoute. Le nombre de cas, le nombre de décès. Nos aînés pour la plupart. Chacun a un nom, plusieurs ont une famille, plusieurs sont aussi seuls au monde.

Après la crise, on nous rappellera les chiffres et il le faudra. Pour mieux comprendre. Après la crise, nous souviendrons-nous de ces noms, de ces familles, de leur anxiété, de leur émotion et de leur peine immense?

 

Lorsqu’il y a les guerres et les conflits on se remémore les noms des victimes pour se rappeler leur combat et leur courage. Nous souviendrons-nous d’eux?

Le chiffre 66. Soixante-six décès au CHSLD de Sainte-Dorothée. Je ne connais pas les noms des familles qui ont perdu un des leurs, mais je pense à eux et aux leurs, leur douleur à ne pas pouvoir dire adieu.

Le chiffre 295. Deux cent quatre-vingt-quinze cas confirmés d’employés du CISSS de Laval. Je ne connais pas leurs noms, mais ils ont eu tant de courage face à l’ennemi invisible, celui de mettre de côté la peur et de laisser toute la place à cette force de volonté immense à être présents pour nos citoyens atteints, pour nos aînés vulnérables.

Lorsqu’il y a les guerres et les conflits, on rend hommage à nos soldats glorieux et on les reconnait, un à un. Après la crise, prendrons-nous ce temps à honorer toutes ces personnes, celles qui ont pris le risque, au quotidien, celles qui ont sauvé des vies pendant des semaines. Quels sont les noms de tous nos anges gardiens?

Est-ce qu’on se souviendra que Je Contribue et Je bénévole sont bien plus que des plateformes, des chiffres, des embauches et des affectations? Ils sont ce qu’il y a de plus beau à travers toute cette noirceur. Chaque nom, chaque personne qui s’inscrit sur ces sites, porte en lui un grand morceau d’humanité. Du cœur à l’état pur dans le don de soi.

Il y a bien des noms que je connais. Je pense aux aînés de mon comté, à leurs familles. Je pense à Mme Roy, M. Fournier et son épouse, Mme Allard, Mme Dion, Mme Proulx, Mme Young.

Je pense à mes propres anges gardiens, de cette belle et grande famille communautaire, M. Lachapelle et sa popote roulante, M. Frey et sa maison de la Famille, M. Boisclair et Mme Harnois de la St-Vincent de Paul. On ne compte pas les heures et on ne s’inquiète pas de la tâche. Tant que la journée est remplie de leurs innombrables coups de main à nos aînés et nos citoyens vulnérables. Il y a toutes ces équipes des organismes lavallois sur la première ligne aussi pour nos doyens, SCAMA et ce cœur sur la main qui s’appelle Marie Bouchard Dorval de Partage humanitaire.

Derrière le chiffre 4000, il y a aussi toutes ces personnes à travers le Québec en aide et soutien à domicile qui méritent que l’on reconnaisse toute leur contribution immense. Mme Loranger et M. Caron portent leur voix.

Et puis il y a ces noms de tous nos aînés en OBNL d’habitation. Inquiets eux aussi. Les dirigeants sont peu nombreux pour les rassurer. Mme Delisle tient le fort à Sainte-Dorothée. Un rôle bien ingrat mais pour le bien être de ces ainés résidents. Monsieur Beaudoin et son Réseau défend leur réalité.

À la maison, confinée, je pense à vous tous, ceux dont je connais les noms et tous ceux derrière les chiffres. Je pense à leur combat, je pense à leur humanité.

Je fais le ménage de l’ancienne chambre de mon grand garçon de 26 ans qui n’habite plus avec nous. Et je retrouve avec émotion, bien en vue sur son babillard, ce dernier message de sa grand-maman, écrit quelques mois avant son décès il y a quelques années. Les derniers mots écrits de sa main tremblante : «Je t’aime pour toujours. »

Après la crise et derrière les chiffres, nous souviendrons-nous de toutes ces personnes, de nos aînés?

Après la crise aurons-nous pour eux ces mots « nous vous aimons pour toujours »?

 

Votre députée,

Monique Sauvé
Vice-présidente de la Commission des relations avec les citoyens
Porte-parole de l’opposition officielle en matière d’emploi et de solidarité sociale
Porte-parole de l’opposition officielle pour les aînés et les proches aidants

Vous aimerez lire aussi