Annulation de la réforme du PEQ : L’échec de Simon Jolin-Barrette
Retour aux communiqués
Communiqué de presse
09 novembre 2019

Annulation de la réforme du PEQ : L’échec de Simon Jolin-Barrette

Annulation de la réforme du PEQ : L’échec de Simon Jolin-Barrette

Merci pour votre intérêt envers le Parti libéral du Québec.

Restez informé(e) en temps réel et échangez avec nous sur les médias sociaux :
Twitter : @LiberalQuebec
Facebook: fb.com/LiberalQuebec

N. B. Veuillez noter que vous pouvez annuler votre abonnement à notre infolettre en tout temps en cliquant sur le lien situé au bas de chaque message.

Abonnez-vous à l’infolettre pour rester informé

François Legault a enfin fait la seule chose qui s’imposait avec cette réforme de l’immigration antiéconomique et inhumaine, soit de l’annuler. 

Après avoir recadré son ministre de l’Immigration Simon Jolin-Barrette à plusieurs reprises depuis le début de son mandat, il doit aujourd’hui redonner confiance au milieu et la seule chose pour y parvenir est de retirer le dossier de l’Immigration à Simon Jolin- Barrette.

Le ministre Jolin-Barrette a défendu mordicus, sur toutes les tribunes, que sa réforme était LA seule chose à faire alors qu’il n’avait l’appui de personne, pas même de ses collègues. Aujourd’hui, en retirant le fruit de tout son travail et de son acharnement, au ministre Jolin-Barrette, c’est le coup de grâce que le Premier vient de lui porter. Le ministre n’a plus la crédibilité pour diriger ce ministère.  

Une confiance doit être rétablie, l’image du Québec à l’international est ternie, le partenariat avec le milieu économique et le monde de l’éducation est à rebâtir.

Le dossier de l’immigration requière une sensibilité particulière. Simon Jolin-Barrette a, depuis qu’il est à ce poste, démontré qu’il n’avait pas cette nécessaire sensibilité et cette approche humaine requise. La triste semaine qui se termine par le retrait complet de sa réforme nous en aura fait la démonstration claire. Le premier ministre doit reconnaitre l’évidence en lui retirant ce dossier névralgique et le confier à une autre personne. 

– Pierre Arcand, Chef de l’Opposition Officielle