Jeux de la francophonie
Retour au blogue
Blogue
05 février 2019

Sauvons les Jeux de la Francophonie !

Jeux de la francophonie

Par :

Paule Robitaille – Députée de Bourassa-Sauvé, Porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations internationales et de francophonie

Kathleen Weil – Députée de Notre-Dame-de-Grâce, Porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations canadiennes et de francophonie canadienne

Enrico Ciccone – Député de Marquette, Porte-parole de l’opposition officielle en matière de sports, de loisirs et de saines habitudes de vie

Isabelle Melançon – Députée de Verdun, Porte-parole de l’opposition officielle en matière de culture et de communications et pour la protection de la langue française

Christine St-Pierre – Députée de l’Acadie, Porte-parole de l’opposition officielle en matière de sécurité publique

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris la semaine dernière que le gouvernement du Nouveau-Brunswick a décidé de se retirer des Jeux de la Francophonie 2021.

Ces Jeux, dont TV5Monde est le diffuseur officiel, représentaient une vitrine exceptionnelle pour nos amis acadiens ainsi que pour l’ensemble des francophones du Canada. Lors de la présentation de la candidature de leur ville à Abidjan en 2015, c’était un cri du cœur pour les organisateurs de Moncton, une façon pour eux de dire au monde entier que la communauté francophone du Nouveau-Brunswick et du Canada dans son ensemble est toujours vivace et vivante. Leur initiative ne doit pas rester lettre morte. Nous ne devons pas laisser tomber le peuple acadien.

Les Jeux de la Francophonie réunissent des centaines de jeunes francophones du monde entier et manifestent notre fierté de vivre en français. Ils ne se limitent pas au sport. Ils offrent aussi l’occasion à de jeunes artistes francophones du monde entier de se faire connaître. Par le sport et l’art, nous brisons les différences, nous tissons des liens pour la vie et nous renforçons cet immense basin francophone, un marché de 285 millions d’habitants dont le Québec est un état à part entière, rappelons-le.

Les Jeux sont prévus pour 2021, il reste deux ans, il n’est pas trop tard.

Le gouvernement du Québec doit montrer son leadership au sein de la francophonie et faire pression auprès du gouvernement fédéral afin d’accroitre le financement nécessaire à la tenue des Jeux. Si Moncton ne peut tenir les Jeux, le Québec doit reprendre le flambeau et assurer leur succès.

Le Québec a les ressources pour accueillir un tel événement. La Ville de Sherbrooke, hôtesse des jeux canadiens de 2013, avait présenté sa candidature pour ces Jeux de 2021. Elle a déjà les infrastructures nécessaires et considérait toujours la possibilité de prendre la balle au bond, mais elle a besoin d’appuis solides des gouvernements québécois et fédéral pour porter le projet. De plus, Québec et Montréal ont aussi les infrastructures et le savoir-faire et pourraient peut-être devenir des alternatives. Le comité organisateur des Jeux se réunira les 14 et 15 février prochains à Paris. C’est maintenant qu’il faut agir.

Nous en appelons au premier ministre, François Legault, de lever la main et de montrer le leadership que le Québec a toujours démontré pour rallier Ottawa et l’Organisation internationale de la Francophonie et permettre la tenue de ces Jeux. C’est la Francophonie qui en ressortira gagnante. Sauvons les Jeux de la Francophonie ! Gardons-les au Canada !