Pour la CAQ, au diable les plans
Retour aux communiqués
Communiqué de presse
18 septembre 2019

Pour la CAQ, au diable les plans

Pour la CAQ, au diable les plans

Merci pour votre intérêt envers le Parti libéral du Québec.

Restez informé(e) en temps réel et échangez avec nous sur les médias sociaux :
Twitter : @LiberalQuebec
Facebook: fb.com/LiberalQuebec

N. B. Veuillez noter que vous pouvez annuler votre abonnement à notre infolettre en tout temps en cliquant sur le lien situé au bas de chaque message.

Abonnez-vous à l’infolettre pour rester informé

Près d’un an après son élection, la Coalition avenir Québec est toujours à trouver le moyen de mettre en place sa pluie de promesses. Le seul hic, c’est qu’il manque un plan clair pour y arriver. Plusieurs dossiers chauds du gouvernement vont de l’avant, sans réflexion préalable. L’opposition officielle a profité de la période des questions pour en faire la démonstration.

La maternelle 4 ans est probablement le dossier le plus éloquent pour démontrer ce manque de rigueur. Chaque jour apporte son lot de confusion sur le coût pour déployer ces classes. En campagne électorale, François Legault estimait le coût d’une classe à 122 400 $. Aujourd’hui, il confirme que le coût moyen est de 800 000 $. Le premier ministre a trompé les Québécois en sachant très bien que son estimation était irréaliste.

En environnement, le gouvernement de la CAQ n’affiche aucun leadership. François Legault a amorcé son mandat en refusant de se rendre à la COP24 et maintenant, on apprend qu’il boudera la Climate Week à New York. Les congrès internationaux, où sont discutées les solutions possibles pour lutter contre les changements climatiques, ça ne l’intéresse pas. Le thème de l’environnement est tout simplement absent du discours de la CAQ.

En santé, les promesses se sont multipliées en campagne électorale. Nous attendons toujours qu’elles se concrétisent. La ministre McCann s’est engagée à éliminer dans la première année de son mandat le temps supplémentaire obligatoire chez les infirmières. Pour l’instant, rien n’a été fait. La ministre a promis qu’on verrait à l’automne… c’est demain l’automne.

Hier, le premier ministre a formulé ses demandes au gouvernement fédéral dans le cadre de l’élection. Il n’a rien demandé pour la taxation des géants du web alors que nos médias québécois vivent une crise sans précédent. La CAQ a attendu que le Groupe Capitales Médias soit au bord de la faillite pour saisir l’ampleur du dossier. Le gouvernement se cache derrière le fédéral pour justifier son inaction.

Maintenant que les caméras se sont retirées des municipalités touchées par les inondations ce printemps, les citoyens se retrouvent livrés à eux-mêmes. L’automne est à nos portes et plusieurs ignorent ce qu’il adviendra de leur propriété. Ils attendent le rapport d’inspection. Les municipalités nagent également dans le néant à défaut d’avoir été impliquées par la ministre Andrée Laforest dans la recherche de solutions.

Finalement, en matière d’Immigration, l’opposition officielle déplore que le gouvernement ait mis un moratoire sur le Programme des étudiants étrangers. C’est une drôle de décision dans le contexte actuel où le Québec est aux prises avec une pénurie de main-d’œuvre sans précédent. Les études sont le meilleur moyen de s’intégrer à une société et de développer son réseau de contacts.

Le gouvernement de François Legault donne l’illusion de résoudre les problèmes. Au cours de la dernière année, la CAQ a accusé le précédent gouvernement de tous les torts. Elle soufflera bientôt sa première bougie à la tête du gouvernement. Il est maintenant temps de gouverner et d’expliquer à la population les gestes concrets qu’ils comptent poser. La campagne électorale est terminée.

– Pierre Arcand, chef de l’opposition officielle