Retour au blogue
Blogue
30 septembre 2016

Un Québec plus fort


  • La croissance économique s’accélère 
    L’Institut de la statistique du Québec a confirmé que la croissance de l’économie du Québec s’est poursuivie au deuxième trimestre. De plus, les données du premier trimestre ont été révisées à la hausse et traduisent une croissance plus robuste, et aussi plus élevée que chez la plupart de nos principaux partenaires commerciaux.
  • Les investissements des entreprises se redressent 
    Les données du premier semestre démontrent que les entreprises investissent davantage, signifiant ainsi leur confiance en la force de l’économie du Québec.
  • La confiance des PME québécoise atteint des sommets 
    Les PME du Québec sont les plus optimistes au pays, une première en 16 ans, selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante.
  • Bonne performance de l’emploi 
    Cette confiance et cet optimisme se traduisent aussi dans les embauches, le Québec se situant en première position au Canada en matière de création d’emplois dans le secteur privé depuis notre arrivée au gouvernement. On parle de près de 90 000 emplois créés, essentiellement à temps plein et dans le secteur privé.
  • Taux de chômage en baisse 
    Le développement du plein potentiel de nos régions demeure une priorité de notre gouvernement et les résultats sont probants : depuis notre arrivée au pouvoir, le taux de chômage a diminué dans 13 de nos 16 régions administratives. Les régions les plus éloignées et celles dont les taux de chômage étaient plus importants ont toutes bénéficié de cette amélioration.
  • La consommation demeure robuste 
    Ces emplois de qualité contribuent à améliorer la qualité de vie des Québécoises et des Québécois. La bonne tenue de la consommation et la croissance soutenue des ventes au détail démontrent la confiance des consommateurs, à un sommet depuis 2007.

Au cours des dernières semaines plusieurs indicateurs économiques importants se sont ajoutés à ceux déjà connus pour confirmer la justesse de nos orientations budgétaires et la portée des gestes que nous avons posés afin de développer l’économie de l’ensemble de nos régions.

Le Québec va mieux. Le Québec va beaucoup mieux et les données sont là pour le prouver. La situation que nous observons et les perspectives économiques contrastent nettement avec le portrait que nous constations il y a à peine deux ans. Est-ce que nous pouvons collectivement être satisfaits de ces résultats. Certainement. Est-ce suffisant ? Non.

Cette bonne performance n’est pas une finalité en soi, mais elle est nécessaire pour se donner les moyens d’investir davantage et de manière durable dans nos priorités et dans les services à la population : la santé, l’éducation où nous savons que les besoins sont très importants, et le soutien aux familles et ce, tout en poursuivant l’accélération de notre développement économique dans toutes les régions du Québec. Pendant que les oppositions se contentent de véhiculer une image négative du Québec, nuisant à notre développement économique et social, nous agissons avec détermination pour améliorer la qualité de vie des Québécoises et des Québécois. Pendant que les oppositions rivalisent d’audace pour définir un projet de société fermé, terne et sans ambition pour Québec, nous travaillons sans relâche à nous ouvrir à de nouveaux horizons, de nouvelles opportunités en profitant pleinement de l’ensemble des talents. Cette confiance retrouvée doit être le socle de notre fierté et de notre ambition pour un Québec plus fort et plus prospère qui profitera à toutes les Québécoises et tous les Québécois.

Carlos J. Leitão
Député de Robert-Baldwin, ministre des Finances du Québec et président du Conseil du trésor